Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le burkini, un débat surréaliste dans l'ère du vide

     

    delsol.jpgEntretien avec Chantal Delsol*

     Figaro - Suspendu par le Conseil d'Etat, l'arrêté «anti-burkini», qui n'évoquait pas directement le burkini, mais «une tenue correct», mentionnait le principe de laïcité. Le burkini présente-t-il un danger pour la laïcité?

     Chantal Delsol - Il faut dire d'abord que ce débat est complètement surréaliste! Au moment où nous avons tant de problèmes réels et cruciaux, les médias ne parlent que d'une question de maillot de bain! Pourtant ce débat est significatif d'une réalité française trop passée sous silence: la fameuse laïcité française n'est rien d'autre que l'obligation de taire sa religion, de ne pas en faire état, de faire comme si elle n'existait pas - manière de récuser les croyances, parce que celui qui est interdit de dire ouvertement ce qu'il pense, finit par cesser de penser. Et significatif aussi d'une autre réalité: la fameuse tolérance française des Droits de l'homme, ne s'applique finalement qu'à ceux qui nous ressemblent en tous points… étrange tolérance! Personnellement je trouve insensé qu'on interdise à ces femmes de se baigner dans leur tenue traditionnelle. Les arrêtés municipaux incriminés parlent de trouble à l'ordre public: sommes-nous incapables de tolérer une chose aussi bénigne? Arrêtons alors de nous faire les chantres de la liberté… Si la laïcité est mise en danger par le burkini, c'est qu'elle est dictatoriale: tout la dérange, absolument tout.

     Il y a encore un autre aspect des obsessions françaises qui surgit dans cette affaire et anime une partie de la gauche: la défiance vis à vis des municipalités qui ont le pouvoir de déposer des arrêtés sur des sujets sensibles. Certains déplorent que ce ne soit pas l'Etat qui s'en charge…

    Le député européen Florian Philippot, vice-président du Front National, a jugé dans la matinale de BFM TV, qu'il fallait «étendre la loi de 2004» car, précise-t-il, «on s'est rendu compte qu'elle était excellente. Nous allons la faire appliquer dans la rue. Le voile, la grande croix, la kippa. Pour que ce soit constitutionnel, il faut que ça concerne les signes religieux ostensibles». Une laïcité de combat peut-elle être efficace contre l'islamisme conquérant?

     Il est intéressant de voir comment une certaine droite profite de la face noire de la laïcité française pour s'opposer à la communauté musulmane. Je n'appartiens pas à cette droite-là. C'est une instrumentalisation de la laïcité, et même si personnellement je ne défends pas la laïcité à la française (je préfère la sécularisation occidentale en général, qui défend la diversité des religions au lieu de les évincer), je ne suis pas d'accord avec cette exploitation de la laïcité à des fins plus que douteuses.

     L'islam conquérant est une réaction contre un vide de sens, un matérialisme extrême, une indifférence affichée vis à vis de tout ce qui fait le tragique de la vie. Si on croit lutter contre lui en déployant un vide encore plus grand, quel aveuglement! Les cellules de déradicalisation, mises en place par les instances administratives, me font mourir de rire. On ne luttera contre l'islam conquérant que par deux moyens: en aidant les musulmans à moderniser leur religion, à se «protestantiser» (ce qui est fait pour une partie d'entre eux), et/ou, si l'on est intelligent et bienveillant, en les convertissant à des religions proches mais non-violentes. Les cellules de déradicalisation, qui expliquent que le seul idéal consiste en un humanitaro-capitalisme gluant et matérialiste, ne convaincront personne. Les jeunes radicalisés ne cherchent pas de grands discours: ils veulent donner un sens à leur vie.

     Est-il pertinent d'envisager comme des religions équivalentes le judaïsme, le christianisme et l'islam?

    Qu'entendez-vous par équivalent? Si vous entendez par là égaux devant la loi, bien sûr. Que l'islam nous dérange, peut-être, mais mon opinion là-dessus est très ferme: à partir du moment où nos ancêtres ont colonisé (ont fait l'erreur de coloniser, d'après moi), nous avons à en porter la responsabilité et les conséquences. Voilà des sociétés entières, de confession musulmane et bien souvent de langue française, qui sont amenées à venir chez nous parce que nous les y avons attirées. Ce serait incroyable maintenant de ne pas vouloir vivre avec elles. Je trouve d'ailleurs extraordinaire que les citoyens du sud de la France, ceux mêmes qui avaient défendu l'Algérie française avec ferveur, soient justement ceux qui supportent le moins l'islam.

    Les religions doivent être traitées sur notre sol de façon équivalente - ce qui signifie aussi, soit dit en passant, que nous n'avons pas à justifier des traitements de faveur pour les musulmans (parce qu'ils sont d'anciennes victimes, certains gouvernants leur donne raison par principe).

    Nicolas Sarkozy prône l'assimilation. Qu'est-ce qui constitue aujourd'hui le «nous commun» auquel l'immigré doit s'assimiler?

    L'exigence de la tolérance et de la liberté (au moins si on veut continuer à défendre les droits de l'homme), ne signifie pas que tout doit être permis. Et vous avez raison de parler d'un «nous commun», qui constitue un socle de convictions essentielles au nom desquelles toutes les différences ne sont pas acceptables. On ne va pas admettre en France la lapidation des femmes, ni la légitimité de la pédophilie (le mariage des filles à douze ans)! Je souhaiterais que la loi française ne traite pas la polygamie avec tant de désinvolture: combien de familles polygames qui touchent les allocations alors qu'elles sont hors la loi? La monogamie fait partie du «nous commun», non pas en raison d'une loi religieuse ancienne et oubliée, mais parce que la polygamie c'est à la fois l'immaturité des femmes, et des enfants sans père. En ce qui concerne l'affaire qui nous occupe aujourd'hui, je dirai que ce qui doit être interdit, ce n'est ni le burkini ni le foulard, mais la burka: si l'on veut bien croire que la conviction de la dignité personnelle est au fondement de nos certitudes, un visage caché n'existe plus en tant que personne, il perd l'expression de sa dignité (laquelle ne peut pas se perdre, puisqu'elle est substantielle). Avoir une dignité, en ce qui concerne le vêtement dans le domaine publique, se traduit par: cacher ses fesses et montrer son visage. Voilà ici, le «nous commun».

    L'islam est-il compatible avec ce «nous commun»?

    Bien sûr, si l'on entend par là l'islam de France partagé par beaucoup de musulmans d'ici, certainement désespérés de voir ce à quoi on les identifie. N'oublions pas qu'il n'y a pas de pape de l'islam, ni d'orthodoxie affichée. Si l'on entend par islam celui de la tradition et de nombre de pays fondamentalistes, bien sûr la femme n'est pas une personne au même titre que l'homme. Mais la plupart des musulmans de France sont occidentalisés - prenons garde qu'ils ne soient tentés de se désoccidentaliser, si nous les traitons tous, injustement, comme des terroristes!

    Chantal Delsol est interrogé par Vincent Tremolet de Villers

    (*) Catholique affirmée, membre de l'Institut, fondatrice de l'Institut Hannah Arendt, Chantal Delsol est philosophe et historienne des idées. Elle a dernièrement publié Le Populisme et les Demeurés de l'Histoire (éd. Le Rocher, 2015) et La haine du monde. Totalitarismes et postmodernité (éd. Cerf, 2016).

    FigaroVox 26/08/2016

     

  • Fièvres estivales

    images.jpgLe conflit qui oppose les producteurs de lait au géant Lactalis est révélateur de la dureté de ce capitalisme qui privilégie le marché au détriment des hommes. Mais, il en va des producteurs de lait comme des paysans ou des éleveurs, il est totalement anormal- voire immoral - que les uns et les autres ne puissent vivre décemment des fruits de leur travail. Or, en l’état actuel des choses, il semble bien que l’Etat soit totalement impuissant à réduire cette injustice criante. Une démonstration de plus, si besoin est, que nos gouvernants ne gouvernent rien mais obéissent à l’implacable loi d’un marché mondialisé qui est en train de nous conduire tout droit à la catastrophe.

    En l’état actuel des choses, sachant que la révolution n’est pas pour demain, la situation que nous serions en mesure d’atteindre serait que l’Europe reprenne en main son destin et qu’elle ose affirmer la puissance qu’elle représente. Pour se faire, il nous faudrait des politiques… des vrais.

                                                                            *******

    La France politique est un champ de ruines, à droite comme à gauche. Partant du fait que rien n‘est jamais acquis, on voit mal toutefois comment un François Hollande pourrait être réélu, laminé qu’il est par son propre camp.

    Mais la confusion n’est pas moins grande à droite. Eliminons d’emblée Marine Le Pen qui, une fois de plus, va servir de « gueuloir », ce qui la propulsera illico au second tour de la prochaine présidentielle. La guerre que se livrent les Sarkozy, Juppé, Fillon ne suscite guère plus d’enthousiasme chez les Français. Sarkozy, qui a du métier et qui est plus roué que les autres, a compris, une fois de plus, que pour mordre sur l’électorat frontiste, il fallait faire monter les enchères sur l’identité et l’immigration. Qui est dupe ? Et pourquoi ferait-il aujourd’hui, ce qu’il a refusé de faire hier ?

    Tous trois, par ailleurs, sont inféodés au système où le marché domine. Et, on ne les a guère entendus sur l’Europe qui demeure quand même un sujet majeur à l’heure où une réforme de fond s’impose.

    Les Français savent bien qu’il faut réformer la société française, réaffirmer notre identité culturelle face aux assauts de l’islam et réformer notre système politique aussi obèse qu’obsolète, vu qu’on ne saurait continuer d’engloutir l’essentiel de la richesse nationale dans une fonction publique qui, paradoxalement, répond mal à nos besoins.

    Si, à droite, les résultats de la primaire sont respectés, il y a de fortes chances pour que le vainqueur soit le prochain président. Ce qui ne fera pas avancer d’un pouce le schimlblick.

     

  • Burkini et autres cahiers scolaires

    arabe.jpg

    Qu’il s’agisse du problème du « burkini » ou des cahiers scolaires labellisés en arabe, le syndrome est exactement le même : la soumission de plus en plus grande à l’islam en raison de l’absence de réponse ferme de cette République bananière, de sa classe politique et des élites dégénérées qui les soutiennent. On se demande où sont nos francs-macs si prompt à dégainer contre le Front national et qui tendent le cul face à l’islam sur l’air de Merci patron !

    Le problème soulevé par le burkini réside moins dans l’insignifiance de cette tenue que dans la provocation culturelle qu’elle représente. Nous ne sommes pas en terre d’islam, nous sommes dans un pays européen, laïc où la religion n’interfère pas dans la vie publique. Vouloir vivre dans un pays qui respecte les règles de l’islam, c’est partir ailleurs et non vivre ici. Interdire le burkini, ce n’est pas un acte politique mais culturel.

    Il serait temps que nos politiques le comprennent et en fassent part au monde économique. Car, ces cahiers avec un label en arabe, outre l’opportunisme de la chose, c’est proprement la marque que l’économie a pris le pas sur le politique (ce n’est pas le seul exemple me direz-vous). Il faut dire qu’avec une marocaine à l’Education nationale, la tentation était trop grande.

    Il n’y a qu’une seule langue dans ce pays, et c’est le français. Et, il y a des langues régionales dont l’arabe ne fait pas partie, me semble-t-il.

    Ce sont des faits marginaux me direz-vous. Certes. Mais ils sont révélateurs d’un état de soumission que la majorité des Français récusent.

  • Jean-François Colosimo: «Poutine pousse son avantage en ambitionnant de neutraliser le rival turc »

    COLOSIMO-jean-francois-091410-11.jpgLe Figaro.– Après un an de glaciation entre Moscou et Ankara, Vladimir Poutine et Recep Erdogan se rencontrent ce mardi à Saint-Pétersbourg. Quels sont les grands enjeux de cette détente ?

    Jean-François Colosimo - Ils sont à la fois partagés et inégaux. Tous deux ont en commun la volonté de rompre leur isolement, de limiter leurs fronts extérieurs, de stabiliser leurs difficultés intérieures. Ils entendent aussi mieux diluer, ensemble, les pressions occidentales qui s’exercent sur chacun d’eux. Mais cela, c’est l’écume. Car il y a un gagnant et un perdant. Erdogan, un moment enclin à l’anti-russisme pour complaire à Washington, se rend à Canossa pour troquer son rêve défunt de puissance régionale contre un contrat incertain d’assurance-vie au Proche-Orient. La stratégie offensive de Moscou a bouleversé la donne là où les manœuvres déguisées d’Ankara ont échoué. Poutine pousse son avantage en ambitionnant de neutraliser l’ancestral rival turc dans ces marches indispensables au désenclavement de la Russie : la Crimée pour les voies maritimes du commerce ; le Caucase pour les

    Rien de bien neuf depuis la première confrontation entre les empires tsariste et ottoman au XVIe siècle.

    La Russie, qui compte une importante minorité musulmane, est aussi touchée par l’islamisme. Poutine joue-t-il ici avec le feu ou fait-il preuve de réalisme ?

    L’islam russe, endogène historiquement et encadré institutionnellement, professe un loyalisme pragmatique à l’égard de l’État. Il en va autrement en Ciscaucasie (Ingouchie, Tchétchénie, Daghestan) et dans les républiques tur- cophones (Azerbaïdjan, Turkménistan, Ouzbékistan, Kirghizstan et Kazakhstan), vecteurs de l’expansion de l’islamisme auprès des Ouïghours de Chine. Mais là compte la convergence active entre Moscou et Pékin.

    En Syrie, Moscou soutient l’axe chiite et Ankara l’axe sunnite. Qu’est-ce qui a changé pour que ce différend n’affecte plus de façon rédhibitoire les relations russo-turques ?

    C’est tôt, dès sa réémergence à la fin des années 1970, que le Kremlin a su voir dans l’arc chiite une force évolutive au sein du monde musulman. Ce qui n’empêche pas Poutine de soutenir activement, dans le conflit qui agite aujourd’hui le pouvoir saoudien, le camp de la normalisation désireux de réfréner la dérive wahhabite et de réformer le sunnisme. Le tout sans porter atteinte à la relation privilégiée que Moscou entretient avec Israël à la faveur de l’importante immigration russophone. Face à ce dispositif complexe, le projet d’Erdogan de s’imposer comme le calife d’une internationale des frères musulmans ressort aussi pauvre que vain. Il est surtout caduc depuis que l’apprenti-sorcier doit faire face au retournement de Daech, affaibli par les bombardements des Sukhoï.

    Depuis le coup d’État manqué, les relations entre la Turquie et les États-Unis sont tendues. Sa rencontre avec Erdogan est-elle pour Poutine un moyen d’endiguer l’Otan ?

    La guerre froide légitimait l’existence de l’Alliance atlantique et l’intégration en son sein de la Turquie kémaliste et de ses 500 km de frontières avec l’URSS. Ce théâtre et ses acteurs ayant disparu, l’Otan se perpétue en reconduisant obstinément les amis et les ennemis d’hier, quitte à confondre aujourd’hui les uns et les autres. Pourquoi Poutine, attentif aux seuls rapports de force, manquerait-il une telle occasion de semer la discorde dans ce bloc qui se manifeste toujours plus adverse et se dévoile toujours plus fissuré ?

    En décembre 2014, les deux dirigeants s’étaient rencontrés pour sceller une grande alliance. Cette volonté qui refait surface n’est-elle pas contradictoire avec des siècles de confrontation entre les Empires russe et ottoman ?

    Entre 1568 et 1918, on peut dénombrer jusqu’à quinze guerres russo-turques, suivies d’autant de traités de paix. L’héritage disputé de Byzance explique cette récurrence. Le seul résultat probant de ce dernier rapprochement devrait interdire à Erdogan de refaire de Sainte-Sophie une mosquée comme il s’y apprêtait. Un   gain         symbolique ? Oui, et donc en rien anecdotique car l’actuel conflit planétaire est d’abord culturel en ce qu’il porte sur l’historicité de la condition humaine.

    Comment l’Europe pourrait-elle se positionner face aux deux « démocraties autoritaires » qui forment les marches géopolitiques du continent ?

    Bruxelles qui se plaisait naguère à dénoncer la démence tyrannique de Pou- tine et à louer la modération démo- cratique d’Erdogan criera demain à la coalition des dictatures. L’impuissance européenne est terminale. Seule la France, forte de son expérience de ce double Orient que constituent les Est slave et arabe, pourrait initier un salutaire contournement tactique. Mais elle ne le fera pas. Avec le repli de Washington qu’actera probablement la prochaine présidentielle américaine, il nous faut nous préparer à payer le prix fort d’une diplomatie de vassalité irréaliste et irresponsable

    Propos recueillis par Alexis Feertchak

    Figaro 9/8/16