Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • On achève bien les truies

    Par  Philippe Randa *

    À force d’être capable de tout, les médiacrates(1) finiront-ils par rendre sympathique Dominique Strauss-Kahn ? Impossible ? Voire… Lorsqu’ils avaient affaire à l’ex-patron du FMI, ex-prétendant à la Fonction Suprême et ex-mari de la richissime Anne Sinclair, combien d’entre eux ont-ils jamais osé une ligne ou une parole désagréable à son encontre ? C’est un euphémisme de dire « bien peu »…(2)

    Aujourd’hui, pas un média auto-proclamé d’informations n’est en reste pour brocarder ses frasques sexuelles, réelles ou fantasmées, quelle que soit l’heure d’écoute…

    L’énième péripétie judiciaire de DSK, cette fois en tant que victime d’atteinte à sa vie privée, prouve à nouveau l’abjection de certains médiacrates. Non pas pour les révélations scabreuses – fictives pour la plupart – contenues dans le livre Belle et Bête, mais pour la personnalité de son auteur, Marcela Iacub, soit une « juriste », « principalement connue pour sa défense d’idées à contre-courant du féminisme dans ses expressions socialement majoritaires », tel  que présentée par le Who’s who le plus lu à notre époque, soit l’encyclopédie sur internet Wikipédia.

    On ne savait pas qu’une liaison avec un obsédé sexuel soit « socialement majoritaire » chez les représentantes d’un sexe qu’on imagine bien peu faible en l’occurence… surtout quand l’obsédé en question, dixit Marcela Iacub, n’a qu’un très lointain rapport avec le Casanova historique de Venise, mais bien davantage avec le personnage d’Edmond le cochon.(3)

    Un tel livre promis aux latrines de l’édition n’aurait sans doute pas bénéficié d’un tel battage médiatique s’il n’avait été annoncé en Une du Nouvel Observateur, l’hebdomadaire de prédilection de la gauche dite intellectuelle… ce qui ne peux surprendre que ceux qui ignorent qu’« en 1985, pour renflouer les caisses du Nouvel Observateur en difficulté, Claude Perdriel (lança) le 3615 JANE et ALINE, deux services de “messageries roses”. »(4)

    Rien d’étonnant donc à ce que ce fleuron de la presse progressiste assure à Marcela Iacub une telle promotion… et pour ne pas être en reste avec celle du quotidien Libération auquel elle collabore régulièrement…

    A ce sujet, toutefois, la Société civile des personnels de Libération (SCPL) a publié un texte de réprobation suite à la publication de plusieurs pages « Événement » consacrées au livre Belle et bête qui « dérogeait à la règle déontologique longtemps en usage à Libération, selon laquelle on réserve un traitement minimal aux ouvrages de (ses) collaborateurs. »

    Comme quoi, même chez les gauchistes salariés d’Édouard de Rotschild, certaines pratiques soulèvent le cœur et font déborder le pot de chambre du copinage promotionnel.

    On sait ce matin que les avocats de DSK ont obtenu ce qu’ils espéraient… Outre 50 000 euros de l’auteur et de l’éditeur – ce qui n’est pas chère la publicité faite au lancement du livre – il y a l’obligation, bien plus grave, de faire figurer un « encart » sur la moitié de la une du Nouvel Obs, qui en avait publié les bonnes feuilles – humiliation dont l’hebdomadaire n’a guère l’habitude – et surtout dans chaque exemplaire du livre controversé, alors qu’à « l’audience mardi matin, l’avocat des éditions Stock Me Christophe Bigot avait prévenu qu’il était “matériellement impossible” d’insérer un encart dans les 40 000 premiers exemplaires déjà mis en place dans les librairies. »(5)

    La note risque donc d’être conséquente pour l’éditeur.

    Après l’admiration (pour certains), la fascination (pour quelques-uns), le dégoût (pour la plupart), Dominique Strauss-Kahn est-il en passe de susciter la pitié (pour beaucoup) face à l’acharnement démentiel que certains déploient à son encontre ? Acharnement qui n’a plus rien de politique, encore moins de moral, mais répondant uniquement à des motivations « sonnantes et trébuchantes ».

    En exploitant sur la place publique sa coucherie avec DSK, Marcela Iacub aura en tout cas prouvé que si tous les hommes ne sont pas des gentlemen, ce qu’on savait, toutes les femmes ne sont pas non plus des « gentlewomen », ce que beaucoup découvrent sans doute avec stupéfaction. Seul(e)s les inconditionnel(le)s de la parité apprécieront. Peut-être…

     (*) Philippe Randa est écrivain et éditeur (www.francephi.com)

     Notes

    (1) « Le terme médiacratie est une expression récente utilisée pour décrire un régime politique ou une organisation de la société où le pouvoir serait détenu par les médias (télévision, radio, presse écrite, Internet…) » (www.toupie.org).

    (2) En dehors des journaux d’opinions hostiles à l’étiquette politique de DSK qui ne pourfendaient l’intéressé, comme il se devait, que par rapport à son action publique, citons, puisqu’il le mérite bien, Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles qui « le premier, en 2007, écrivit sur son blog, le tout premier chapitre du roman vrai de la vie de l’ancien patron du FMI. Au nom d’une transparence revendiquée, Jean Quatremer s’est battu pour que tombe l’omerta, ce tabou qui voit la presse française protéger la vie privée d’une classe politique prompte à l’instrumentaliser quand le besoin s’en ressent. Sexe, mensonges et médias (Éditions Plon), se veut ainsi un regard critique sur les réflexes d’une classe journalistique qui aura protégé DSK comme un seul homme, quand il était au pinacle. Avant de le broyer une fois sur le banc des accusés, de New York à Lille » (http://blogs.lexpress.fr).

    (3) « Bande dessinée animalière humoristique, créée en 1978 par Jean-Marc Rochette et scénarisée dès 1979 par Martin Veyron. Roi de la loose, Edmond est avant tout terrifié par l’idée de finir en saucisson. Et ce ne serait que justice pour cet animal pervers, vénal, profondément lâche, jaloux, lubrique et on en passe… Farce d’une puissance humoristique exceptionnelle, cet avatar français du Fritz the cat de Crumb est un monument de contre-culture trash et décadente » (http://fr.wikipedia.org).

    (4) www.lanouvellerepublique.fr.

     (5) www.franceinfo.fr.

  • Merci Taubira, on t’oubliera pas !

    polemique-sur-le-mariage-gay.jpgLa loi que viennent d’adopter les députés à l’Assemblée nationale sur le mariage gay et qui doit maintenant passer devant les sénateurs, ne concerne que le mariage homosexuel et rien de plus. C’était pas la peine d’en faire tout un plat pour si peu de chose. Car, le gouvernement n’a pas lié cette reconnaissance à la procréation médicale assistée (PMA), c’est-à-dire la possibilité pour un couple d’homo de louer un ventre pour qu’il accouche à terme d’un enfant illico adopté par les payeurs.

    Certes ce gouvernement n’est pas sans arrière-pensée. Mais, il sait fort bien qu’une telle disposition entraînerait automatiquement l’émergence d’un marché de mères porteuses, issues du tiers monde, évidemment ! Marché qui par ailleurs existe et auquel ont recours les Américains notamment. On entrerait alors dans une marchandisation des corps, ce qui serait – et malheureusement est déjà – la pire des conditions humaines.

    Du mariage donc. Je l’ai dit et répété ici, le mariage gay m’importe peu, il ne dérange personne et ne bouscule pas la société. Sauf à créer un juteux marché qui ne manquerait pas d’intéresser les mafias (voir ci-dessus).

    La reconnaissance du mariage gay, c’est même plutôt marrant, car j’imagine fort bien que toute personne confrontée à un couple gay, se pose toujours la question : c’est qui la gonzesse ? Ben oui ! forcément. Donc, ça veut dire que même au sein du couple homo, on respecte le clivage homme/femme. Ou, vu autrement, une relation dominant/dominé. Sans pour autant donner dans le sado-masochisme. Car, on apprend à l’école que deux principes du même genre s’annulent : plus + plus = rien. Sauf à faire une addition, mais dans ce cas précis, ça s’appelle une partouze.

    C’est finalement aux maires que ça va poser le plus de problèmes: « Voulez-vous prendre pour époux ! pour épouse ! Bordel, c’est qui la meuf ! Vous voyez le genre et l’embarras du ministère public. A moins d’épouser un travelo. Ah oui, encore un autre cas de figure. Mais là, au moins, on sait qui est qui.

    Chez les bouffeuses de gazon pas maudit du tout, ce n’est guère plus simple. Néanmoins, celle qui remplit le rôle du mec, c’est, en général, la plus hommasse des deux : Bonjour monsieur ! Non, ça la fout mal ! Salut les tantes ! c’est ambigu, les mecs risquent de se retourner aussi. Salut les filles, c’est péjoratif. Et pourtant, du peu que je sais en la matière, ce me semble qu’il y a, ici aussi, du dominant/dominé.

    Si je comprends bien, quel que soit le cas de figure, ce sera toujours : « t’as mis la table ! t’as fait la vaisselle ! t’as torché les chiards ? T’es qu’une conne ! – Salope (salaud), je demande le divorce puisque c’est comme ça ! Allez, c’est reparti.

    Merci Taubira, promis, on ne t’oubliera pas.

  • La grande distribution, voilà l’engeance

    marrant.jpgUn simple fait divers, monté en épingle par les médias, affole le Landerneau agroalimentaire. De quoi s’agit-il ? On a découvert de la viande de cheval dans des plats surgelés de marque Findus et censés ne contenir que du bœuf. Aucun dommage alimentaire majeur donc, mais une petite grivèlerie qui met en lumière les moeurs délétères de la grande distribution.

     On a encore en mémoire les dégâts causés par la « vache folle ». Sauf qu’en l’espèce, on donnait à manger de la viande à des animaux herbivores. Mais, cela ne faisait jamais que mettre en lumière la folie productiviste et meurtrière d’une filière pas très claire. La filière européenne de la viande fait l’objet de trafics extrêmement douteux – sur fond de subventions – et que le grand écrivain Hubert Monteilhet avait mis en lumière dans un polar bien informé, Le Taureau par les cornes (*).

    Comment pourrait-il en être autrement quand on remonte la filière qui mène à Findus (groupe suédois) et à quelques autres. On apprend, non sans surprise, que la viande en question a été achetée en Roumanie par le groupe Spanghero, lequel n’est jamais que le cache sexe du groupe Arcadie, acteur majeur de la transformation de la viande dans tout le Sud-Ouest de la France. 

    On notera au passage, que l’ancien dirigeant de Spanghero (1) – de la famille des célèbres rugbymen –, Jean-Marc, a quitté Castelnaudary pour occuper de nouvelles fonctions chez l’Américain Keystone Foods, filiale du 2ème groupe mondial du marché de la viande, le Brésilien Marfrig.

    Le groupe Arcadie revend la viande à la société Comigel, l’un des poids lourds du plat cuisiné surgelé en Europe et qui fournit aussi bien Findus que les marques de la grande distribution (Auchan, Cora) mais aussi Picard et Thiriet. La Comigel a son siège social à Metz, mais son usine est au Luxembourg. Voici pour la filière.

    Cela dit, on se demande bien pourquoi aller en Roumanie acheter de la viande quand les producteurs français tirent la langue. Encore un des bienfaits de l’Europe de Bruxelles, je suppose.

    On retiendra surtout que la grande distribution, au motif de casser les prix, distribue dans toute l’Europe ses produits douteux. Au mépris des économies locales. Au motif surtout de juteux profits.

    On ne le dira jamais assez, mais la grande distribution est une engeance à plusieurs titres. Elle fait pression sur les producteurs en réduisant leurs marges afin, soi-disant, de casser les prix alors qu’elle goinfre ses actionnaires. Elle détruit les liens sociaux dans les villes, villages et campagnes en éradiquant le petit commerce, rompant d’autant les équilibres fragiles des régions (voir à ce sujet l’enquête de Libération (2).

    Enfin, contrairement aux apparences, elle est un facteur de chômage et favorise l’esclavage salarial.

    On comprend aisément l’ardeur que met la grande distribution à exporter son modèle à l’étranger participant aussi sûrement que la finance à la mondialisation du système.

    Le drame est qu’une grande partie de la population se nourrit désormais dans ces usines à bouffe. Parce que les petits commerçants ont disparu, parce que les femmes ne trouvent plus le temps de cuisiner ou, plus simplement, parce qu’elles ne savent plus. Alors, la légende d’une France gastronomique, on va bientôt pouvoir s’asseoir dessus. Ne resteront que les Astérix du terroir, si le terroir même n’a pas disparu.

    (*) Editions de Fallois, 1996

    (1) Sur la famille Spanghero, voir : http://www.midilibre.fr/2012/06/23/il-n-y-a-plus-de-spanghero-chez-spanghero,521649.php

    (2). http://www.liberation.fr/societe/2013/02/08/puy-guillaume-les-ideaux-du-village_880490

  • Encore une bobo à l'oeuvre ...

    Ah, oui, elle est fonctionnaire au CNRS. Encore une chercheuse qui trouve rien. Sauf son salaire chaque mois. CQFD

     


    Marcela Iacub juriste et chercheuse au CNRS sur... par noop